Donner vie aux échecs 1/3

Cet article fait suite au prologue.

Donner une âme au jeu d’échecs

Introduction

 

« Les échecs, c’est l’imagination. »
David Bronstein ( 1924-2006), un très fort joueur russe.

Si je me réfère à l’étymologie du mot « animer », je trouve « donner de la vie, donner une âme ».
Eh bien soit, qu’est ce qui est plus vivant que le roi des jeux, l’un des jeux intellectuels les plus anciens, qui a su traverser les époques, reflétant presque sociologiquement l’évolution des civilisations ( pour ne citer qu’un exemple, le rôle fort amélioré de la Dame à partir de la renaissance) ?

Mais attention, cette image de roi immortel peut très bien s’étouffer, si l’on ne fait pas attention, auprès des jeunes (un arrogant cavalier aura vite fait de mater le roi manquant d’air). Car si un jeu ancien n’est pas forcement démodé, l’inverse est très probablement vrai. C’est donc à nous, petit pion animateur, de faire vivre le jeu à travers les générations. D’ailleurs, ne dit on pas que :

Le pion est l’âme du jeu d’échecs

(citation de Philidor, une autre référence sociologique, peut-être, étant donné le moment de la citation, juste avant la révolution française…) ? C’est dans cette optique ­là que je souhaite donner une âme, animer, donner de la vie aux 64 cases, et prouver ainsi :

 Qu’il y a plus d’aventures sur un échiquier que sur toutes les mers du monde.

(un autre fort joueur d’échecs ? Perdu. C’est Pierre Mac Orlan, un écrivain français (1882-1970) )

Un jeune joueur d’échecs est comme un pion prometteur. Si, modeste animateur, je ne cherche pas à le promouvoir en dame, j’espère au moins qu’il pourra se rapprocher du centre, éprouver le plaisir de contrôler des cases fortes, et un jour, pourquoi pas, se transformer en une pièce. Si au début, il n’a qu’une vision très réduite du jeu d’échecs, à sens unique, tel un pion, mon objectif est de lui faire découvrir la richesse du jeu en lui promettant une promotion, après moult efforts et péripéties.

C’est avec plein de souvenirs et de lyrisme que j’ai donc choisi de faire ce stage, dans le cadre de la formation DAFFE, enrichi de 4 jours d’apports techniques, de théories et d’expériences diverses. Là, au tréfonds de ma mémoire de joueur d’échecs, un pattern me revient : celui d’un de mes entraîneurs (Roos Daniel), il y a déjà plusieurs années maintenant, quand je suivais des cours dispensés en sport étude à Strasbourg. Sachant que le club de Strasbourg a le label formateur, voilà une bien bonne occasion d’y aller.. Malgré le fait que :

La menace est plus forte que l’exécution

(Aaron Nimzowitsch, ai-je vraiment besoin de le présenter ? Encore un très grand joueur… (1886-1935))

Je n’en suis pas resté là, et j’ai donc repris contact avec mon entraîneur d’antan.

Le club de Strasbourg, outre de jouir du fait d’être dans la capitale de l’Europe, avec ces très nombreux étudiants, recèle beaucoup de forts joueurs. Pêle­mêle, en voilà quelques uns: Rozentalis E. (2611élo), Vaisser Anatoly (2548élo), Kallai Gabor (2473)…

Le club décline ces activités tant auprès des enfants (École d’échecs Jeunes : deux fois par semaine au club pendant 2h, intervention dans le milieu scolaire…) que des adultes (trois fois par semaine, plus une conférence certains lundis soir par Jean­ Claude Letzelter (2111élo)). Pour ma part, j’intervenais les mercredis soir, de 17h à 19h pour l’École des Jeunes, et de 20h30 à 22h30, pour les adultes débutants. Je vais de suite m’affairer à vous présenter plus en détail l’organisation des cours.

Les bâtiments permettent de séparer le groupe en 3 niveaux. La première heure, chaque groupe reçoit un cours adapté à leur niveau. Pour la deuxième heure, deux groupes se mélangent pour jouer ensemble sous l’œil de l’animateur, pendant que le dernier groupe reçoit à nouveau une heure de cours. Les cours peuvent porter sur des sujets variés, passant du clouage à la Sicilienne Dragon, passant par une simultanée partant d’une position précise. Par conséquent, il y a trois animateurs (dont un entraîneur, Daniel Roos), chacun s’occupant habituellement du même groupe. Les groupes sont composés de 7 à 12 enfants. Un enfant qui progresse bien peut passer en cours d’année dans le groupe supérieur. Des nouveaux enfants arrivent tout au long de l’année.

Pour les cours adultes débutants, il y a deux groupes : ceux qui souhaitent étudier, et ceux qui souhaitent jouer. Le choix est libre. En sachant que ceux qui suivent une leçon ont très souvent le temps de jouer après celle­ci. Les leçons suivent une trame sur l’année, par exemple : 1.d4, les finales… Le groupe est composé d’une dizaine d’adultes, avec quelques nouvelles personnes qui arrivent durant l’année.

N’ayant suivi les cours du mercredis soirs que pendant une dizaine d’heures, je n’ai eu qu’un aperçu limité de l’activité du club, que j’ai essayé de combler en me renseignant. Le club de Strasbourg est un grand club, très actif, il est présent à de multiples endroits (journée des Sports, des associations…).

Maintenant que le décor a été posé et expliqué, il est temps de passer au JE.

Un commentaire Ajoutez le votre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *