« RAGE », une création des Anges au plafond

« La vie doit être vécue comme une œuvre d’art ». L’un des personnage du spectacle « R.A.G.E. » prononce ces mots : une maman Russe qui parle à son fils pour l’encourager à vivre une vie hors du commun. Samedi 25 février 2017, la compagnie Les Anges au plafond jouait au PréO à Oberhausbergen, et M.Mih et moi, on y était !

Les Anges au plafondCette création des Anges joue à la fois le jeu d’une mise en scène très honnête dont on voit toutes les ficelles, et d’effets qui relèvent plutôt de l’Illusion, en ayant recours à la Magie. Et moi, (arts)plasticienne dans l’âme, ça me fait rêver… 🙂 Quelques moments choisis, qui m’ont particulièrement touchée :

Dans la catégorie « Intimité » : la mise en scène qui ne se cache pas…

  • Le comédien accroche lui-même les fils qui serviront ensuite à manipuler la marionnette.
  • Une marionnette s’adresse directement au comédien qui la manipule.
  • Le comédien manipule une marionnette-enfant dont il interprètera ensuite lui-même le rôle, lorsque le personnage aura grandi.
  • Le bruiteur est sur scène, dans un espace réservé. Il intervient et interpelle le comédien à propos de l’une de ses marionnettes. À propos du personnage plutôt, d’ailleurs, car à tout moment les marionnettes sont considérées comme des êtes animés et sensibles. Il y a aussi ce moment fugace où la tête de la marionnette-enfant a été caressée au passage par la main du comédien qui traversait la scène…

Côté « Illusion » : la Magie au service des personnages

  • Un jeu de miroirs nous dévoile les émotions complexes du personnage principal, un sentiment qui vire à la schizophrénie. Est-il devenu « autre » que lui-même ?
  • L’usage de masques permet des rencontres et confrontations entre deux versions d’un même personnage sur scène… et on y croit. Romain, le personnage principal, est vraiment face à lui-même…
  • Certains costumes permettent à des personnage de vivre « sans tête » (sans masque ? ). Tantôt visible, tantôt disparu, le visage du comédien laisse place à un personnage de fiction qui a sa vie propre, et n’a pas besoin d’une « gueule » pour exister.

Je  vous laisse avec une interview de Brice Berthoud, le comédien qui tient le rôle du personnage principal, et aussi co-fondateur de la compagnie Les Anges au plafond….

« Il n’y a pas qu’une vérité, c’est une histoire de point de vue… et en plus la vérité c’est quelque chose d’extrêmement relatif. » – Brice Berthoud

…Et aussi… les prochaines dates de la tournée des Anges au plafond.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *