E-book gratuit « gérer l’abandon »

Sur son site couriruntrail.fr, Monsieur Mih a réuni les articles issus de 18 blogs participant à son événement « gérer l’abandon ». Le résultat est aujourd’hui disponible sous la forme d’un e-book gratuit à télécharger, et offre des pistes et conseils variés sur cette thématique commune. Une thématique qui se décline de manières très diverses, allant du conseil de traileur (coureur en montagne) à celui d’une entrepreneuse freelance, en passant par une blogueuse spécialisée dans l’éducation canine. Comme tu vois, il y a de quoi réfléchir !

Je te propose 5 extraits qui m’ont particulièrement parlé. Car évidemment, chacun et chacune se positionne à sa manière et tire ses propres « leçons » et ressentis, de ce sujet délicat…

Courir un trail : Mickaël propose une alternative au perfectionnisme.

« L’échec n’est pas un mal. L’échec n’est pas une erreur de parcours. L’échec n’est pas opposé à la réussite. L’échec est ce qui permet le succès. Je ne dis pas que l’échec est agréable. Une course manquée, 50€ dépensés pour souffrir, un dimanche de pris… Sans compter le lundi aux urgences. Mais voilà, l’échec fait partie de la vie. Pour apprendre à marcher, il faut tomber »

Chien ludique : Leïla propose d’utiliser l’échec pour savoir fixer des objectifs tenables

« Car oui, j’ai abandonné, mais à présent je peux réajuster le tir. Et finalement cet abandon me permet de ne pas me laisser m’entêter dans un projet mal ficelé. En gros, une fois passée la traditionnelle phase de morfondage, quelle formidable opportunité ! Abandonner, c’est mourir un peu. Maintenant, je peux renaître ! »

Comélien : Pierre-Louis nous offre une balade poétique dans son esprit de comédien.

« Je suis comédien, plus précisément, clown. Être spontané face à l’imprévu en jouant autour d’un plan initial est mon quotidien, et pourtant, j’ai découvert que l’enfermement me pendait au nez… Coupé de l’autre, du monde, comment pourrais-je continuer d’improviser ? »

Objectif Trail : Franck liste 10 causes d’abandon en ultra-trail.

L’entraînement est facteur important de risque d’abandon. Être en sur-entrainement pour essayer de mettre toutes les chances de réussites de son côté, et c’est la blessure quasi assurée. J’ai connu ça, je n’ai pas eu à abandonner puisque je n’ai même pas pu prendre le départ (SaintéLyon 2008 – SaintéLyon 2009). C’est devenu très important pour moi, en période d’entrainement, quand il y a des douleurs qui pointent le bout de leurs nez, je me rappelle que le 1er objectif est de prendre le départ.

Je comprends l’anglais : Nathalie utilise son expérience d’enseignante pour trouver le « bon » état d’esprit.

Dans l’enseignement-apprentissage, en l’occurrence dans le cadre de cours particuliers, le professeur et l’élève forment en quelque sorte une équipe. Les deux doivent donner du leur pour un cours réussi. Les deux doivent se mettre dans de bonnes dispositions mentales pour être réceptifs et créer une belle interactivité.

Tu peux aussi lire, si tu le souhaites, mon propre article sur le thème de l’abandon, il y a quelques années, de mon métier d’enseignante d’arts plastiques. Une expérience qui m’a forgée à plus d’un titre ! « J’ai abandonné l’éducation nationale, et vous ? »

Belle lecture à toi, parmi ces quelques sentiers à parcourir…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *