« RAGE », une création des Anges au plafond

« La vie doit être vécue comme une œuvre d’art ». L’un des personnage du spectacle « R.A.G.E. » prononce ces mots : une maman Russe qui parle à son fils pour l’encourager à vivre une vie hors du commun. Samedi 25 février 2017, la compagnie Les Anges au plafond jouait au PréO à Oberhausbergen, et M.Mih et moi, on y était !

Les Anges au plafondCette création des Anges joue à la fois le jeu d’une mise en scène très honnête dont on voit toutes les ficelles, et d’effets qui relèvent plutôt de l’Illusion, en ayant recours à la Magie. Et moi, (arts)plasticienne dans l’âme, ça me fait rêver… 🙂 Quelques moments choisis, qui m’ont particulièrement touchée :

Dans la catégorie « Intimité » : la mise en scène qui ne se cache pas…

  • Le comédien accroche lui-même les fils qui serviront ensuite à manipuler la marionnette.
  • Une marionnette s’adresse directement au comédien qui la manipule.
  • Le comédien manipule une marionnette-enfant dont il interprètera ensuite lui-même le rôle, lorsque le personnage aura grandi.
  • Le bruiteur est sur scène, dans un espace réservé. Il intervient et interpelle le comédien à propos de l’une de ses marionnettes. À propos du personnage plutôt, d’ailleurs, car à tout moment les marionnettes sont considérées comme des êtes animés et sensibles. Il y a aussi ce moment fugace où la tête de la marionnette-enfant a été caressée au passage par la main du comédien qui traversait la scène…

Côté « Illusion » : la Magie au service des personnages

  • Un jeu de miroirs nous dévoile les émotions complexes du personnage principal, un sentiment qui vire à la schizophrénie. Est-il devenu « autre » que lui-même ?
  • L’usage de masques permet des rencontres et confrontations entre deux versions d’un même personnage sur scène… et on y croit. Romain, le personnage principal, est vraiment face à lui-même…
  • Certains costumes permettent à des personnage de vivre « sans tête » (sans masque ? ). Tantôt visible, tantôt disparu, le visage du comédien laisse place à un personnage de fiction qui a sa vie propre, et n’a pas besoin d’une « gueule » pour exister.

Je  vous laisse avec une interview de Brice Berthoud, le comédien qui tient le rôle du personnage principal, et aussi co-fondateur de la compagnie Les Anges au plafond….

« Il n’y a pas qu’une vérité, c’est une histoire de point de vue… et en plus la vérité c’est quelque chose d’extrêmement relatif. » – Brice Berthoud

…Et aussi… les prochaines dates de la tournée des Anges au plafond.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *