Aventure uchi-deshi : novembre 2017

Le 25 septembre 2017, M.Mih et moi-même avons quitté la France pour 5 mois d’Aïkido intensif au sein du dojo de Juba Nour sensei, à Todos Santos (Mexique). Je te raconte  chaque semaine un bout d’ « histoire universelle en général » ou éventuellement « d’histoire générale en particulier »… Pour le mois de novembre, c’est ici que tout commence.

Clique si tu veux reprendre depuis le début  :

5 mois d’Aïkido, tu vas vraiment faire ça ??
Avec quoi partir en Uchi-deshi pour 5 mois?
Aventure Uchi-deshi : octobre 2017
Arts martiaux et Arts plastiques

1) Changement de programme en perspective

ET BIM !

L’ai-je déjà mentionné ? On nous avait dit qu’un période d’uchi-deshi serait FORCEMENT surprenante. En effet, nous avons eu une surprise de taille après un mois de pratique.

Remettons-nous dans le contexte très particulier du dojo de Juba Nour Sensei : nous sommes les deux seul.e.s élèves à être présent.e.s tous les jours, les autres étant plutôt là une fois par semaine. Anh, sa compagne, est présente également sur le tatami pour les cours du matin. Nous sommes ici pour apprendre auprès du maître, autant de sa pratique que de son mode de vie, et nous avions bien conscience que la pratique chez lui, ce serait beaucoup d’entraînements à deux.

À la fin d’un cours du matin, Sensei se met en seiza avec nous (position assise à genoux, les fesses sur les talons). Il nous explique qu’après nous avoir observé.e.s tou.te.s les deux pendant un mois, il pense que nous avons besoin d’autre chose. De plus de partenaires pour pratiquer, notamment. Des corps différents. Des grands, des petits, des lourds, des légers, des débutants et des avancés….

Bref : plus de diversité pour construire notre pratique d’uchi-deshi. Il nous recommande donc de faire une interruption dans notre période passée chez lui, pour aller pratiquer 3 mois à San Diego, chez Deena Drake Sensei. Nous reviendrons ensuite terminer nos 5 mois de pratique en passant le mois de février chez lui comme initialement prévu.

Changement de programme ! Nous pensions avoir pris nos marques dans notre emploi du temps quotidien, le lieu et son fonctionnement…. Mais cela ne durera pas ! Dans moins de 10 jours maintenant, nous allons découvrir un autre dojo, en milieu urbain, et avec beauuuucoup d’élèves. Adaptabilité sera donc le maître-mot de ce mois de novembre. #SanDiegoBaby ( ps: on n’y va pas à vélo, non ^^)

2) * « Walking the plank »(marcher sur la poutre)

* D’après Wikipédia,  « Walking the plank » est une ancienne méthode d’exécution pratiquée à des occasion spéciales par les pirates, notamment. Mais bon, nous on est pas sur un bateau, et l’océan n’est pas là pour nous accueillir quand on se casse la figure…)

Depuis notre arrivée, Sensei nous a demandé, à titre d’exercice de conditionnement physique, de traverser cette poutre une vingtaine de fois chaque jour, tout en tenant en main un morceau de bois (version petite branche d’arbre) que nous utilisons comme un sabre pour faire des coupes. Donc en gros, pour les lecteurs.trices qui ne sont pas familier.e.s des suburis, il s’agit de couper de l’air avec un morceau de bois. La variante que j’effectue dans la vidéo ci-dessus, c’est de traverser la poutre en marchant comme un canard qui voudrait faire de la gymnastique.

Il y a quelques jours, nous avons découvert le niveau d’au-dessus : le cours d’armes sur poutre. Nous avons donc travaillé les Kiri Kaeshi ( un exemple dans la vidéo ci-dessous) en équilibre sur ladite poutre. Juba Nour sensei nous a expliqué que si on y arrivait là-dessus, ça deviendrait bien plus facile au sol. Je veux bien le croire, vu le nombre de fois où nous avons chu ! 😂 Fun class !

3) Après les palmiers, les tags : choc culturel garanti !

Mi novembre : nous voilà donc arrivé.e.s dans notre nouveau dojo (pour plus de détails, revenir au premier paragraphe ;)) Nous avons survolé la Basse-Californie (Mexique) pour arriver en Californie tout court, aux US.

avion Après avoir passé un mois et demie dans la petite ville de Todos Santos, et discuté avec moins de 5 personnes différentes sur ce laps de temps, le choc est total. Aéroport américain, rues américaines, et partout, des gens !  Un élève de notre nouvelle enseignante (Deena Drake sensei) nous cherche à l’aéroport de San Diego pour nous amener jusqu’au dojo en voiture. On nous explique que la ville a été construite pour les voitures plus que pour les habitants, ce qui fait que la plupart des rues sont en fait de grands boulevards.  C’est une ville géographiquement proche du Mexique, on voit que les deux cultures sont mélangées, jusque dans l’architecture. Pourtant en termes d’ambiance, rien de plus éloigné que ces deux  villes, et ces deux dojos.

A Todos Santos, nous avions pratiqué avec Juba Nour Sensei, sa compagne Ahn, et deux autres élèves venus occasionnellement. Ici, c’est tout un groupe d’élèves  qui nous accueille, et chacun.e a quelque chose à nous apprendre, sur le tatami comme ailleurs.  J’ai un coup de cœur particulier pour le Kamiza. Il s’agit d’un espace réservé dans le dojo, dans lequel est généralement affiché un portait du fondateur de l’Aïkido. Mais aussi d’autres objets, selon les dojos et la sensibilité de l’enseignant.e : calligraphie, statue de Bouddha, encens, eau, bougies…

Voici le Kamiza du San Diego Aïkik :

kamiza san diego aikikai

4) Une histoire de taille…

Rencontre avec les pâtisseries et les paquets de bonbons taille et forme US. Les mots me manquent. C’est très très grand et il y a BEAUCOUP de sucre. (NDLR : Toutes ces sucreries ont été photographiées, mais ni achetées ni consommées. )

gateau au chocolat

Laisse moi tes avis et pensées ici plutôt que sur Facebook 😉

24 commentaires Ajoutez le votre

  1. Claire Honegger dit :

    Ma chere Elodie,
    Je decouvre votre changement de direction tot en ce matin ensoleillé alors que je suis encore sous mon duvet.. Etant sous les toits, je ne vois qu’un ciel parfait, donc l’esprit libre de tout pour te repondre..
    Tu connais mon besoin de liberté, de changement pour grandir, pour s’adapter, pour devenir vraiment soi meme. Je te connais depuis le berceau et j’ai vu une petite fille tres aimée mais angoissée de vouloir bien reussir. Et ensuite avec tes talents evidents, tu suivais un cursus totalement  » sage » … De toute évidence tu aurais une vie bien sage et ordonnée.. Puis le grand barouf, la cata aux yeux de tous et la difficile remontée de. Ce grand trou. Et decouverte de l’aikido..surprise generale… Et tu progresses et tu grandis et je te retrouve les yeux ouverts, l’allure degagée, le pas aisé, le sourire aux levres… Je suis soulagée, Elodie se cherche enfin et va se trouver…puis depart vers les tropiques et les bois de cactus, avec le compagnon qui permet cette aventure… Et moi qui te demande un dessin, et qui reçois le plus beau de tous, encore empreint de nostalgie.. Au mur il m’accompagne comme les oeuvres de Max , de ton pere et de David. Et maintenant je te sens libre, questionnant ton art au lieu de regarder une securité ephemere de toutes les facons. Je regarde avec admiration tes mains, et je me rejouis deja de venir a ton expo en 2018.. Rencontre avec l’artiste et non seulement avec la belle petite fille. Rencontre avec l’etre qui a choisi la liberté de s’exprimer..et je pense a tous ces enfants et petits enfants Honegger qui ont choisi des voies si differentes, la montagne, la photo, le cirque, le chant. Et je dis Bravo!! Pas un seul etre enfermé dans une routine mortifere..chacun donnant de son ame et decrochant les etoiles..alors maintenant pour vous deux changement de terrain et de ciel, adieu le petit paradis pour sentir l’asphalte et rencontrer d’autres corps…voyage en velo?, pourquoi pas?? Trop loin a pied.. Ou bus local, tu nous diras.. Alors on te suit, la tete dans les reves, car tu nous ouvres un nouvel univers, et pour nous les vieux, c’est la joie!

    1. Framagirl dit :

      Bonjour Claire 🙂
      Merci pour tous ces encouragements de bon matin 😉 Tu as, comme toujours, la plume légère et sensible <3
      Nous irons à San Diego en avion, même si ça aurait été plus drôle à dos de dragon.... Nous avons envisagé le bus, mais c'est un trajet d'une bonne trentaine d'heures.... donc nous allons opter pour la solution qui nous permet d'arriver en forme sur les tatamis américains. À très vite pour la suite ^^

  2. study dit :

    Bien le bonjour, mes jeunes Ushi-Deshi,
    Eh ben moi j’étais toujours parti pour San Diego, donc cela devait être une intuition ou je ne sais quoi d’autre, de la prescience qui sait!!!

    Et si le Sensei pense que vous avez besoin de vous adapter à plus de pratiquants pourquoi pas, à Lapoutroie c’est aussi un soucis, les mêmes pratiquants (pour ma part, je pratique aussi ailleurs parce qu’il est bon de se délocaliser et de s’adapter, en acceptant bien sur, et avec tous les sens en éveil )

    Bonne continuation, ça va vous faire un choc, de la plage à la grande agglomération!
    Amicalement
    François

    1. Framagirl dit :

      Ola Maître Franz !
      Je ne doute pas un instant de ta possible prescience 🙂 Si quelqu’un peut voir l’avenir à travers les yeux d’un cartoon japonais, je suis sûre que c’est toi :p
      Bises !

  3. Marie-estelle dit :

    Oulala! Que de changements et de nouvelles aventures! Mais heuuu.. vous y allez vraiment en vélo???? Non parce que sur la carte C’est marqué 80h pour le trajet!! 🤔😣😓😰

    1. Framagirl dit :

      Hello 😉 Nan pas à vélo, on prend l’avion 😛 80h à vélo je pense que c’est pour des gens déjà bien habitués à rouler hin !!

  4. Amandine Honegger dit :

    Vous êtes merveilleux et je vous aime <3

    1. Framagirl dit :

      <3 On t'aime aussi sister <3 :D

  5. Oli dit :

    Alors du Birankai vous remontez aux sources ? Comme vos senseï ou comme des saumons. A vous de voir. Profitez bien et continuez d’envoyer des news, c’est top ! Bises

    1. Framagirl dit :

      Comme un saumon pour ma part, je peux difficilement me comparer à un sensei XD

  6. M.Mih dit :

    J’ai pourtant insisté pour le faire à vélo, mais bon, madame ne veut pas… En courant, alors ?

  7. study dit :

    Ahh oui, c’est de l’histoire universelle, c’est la grande affaire, le grand truc bidule…

  8. Marion dit :

    La taille du paquet de bonbon est juste la bonne pour tenir le coup : moralement et physiquement !
    Merci pour le partage de vos aventures.
    Tenez bon.
    Marion

    1. Framagirl dit :

      Merci pour ton soutien 🙂 On continuera à partager bien sûr !! Bises Californiennes. 🌴

  9. Yann dit :

    Trop top votre site web et votre aventure bien évidement !!

    1. Framagirl dit :

      Merci 😉

  10. Did dit :

    C est un beau contraste. Il va falloir résister à la tentation des sucreries en tout genre. Au lieu du poisson pêcher à la main en plein océan au nez et à la barbe d un requin…
    Bonne continuation. Biz

    1. Framagirl dit :

      Oui en effet 🙂 Bon, on a une chance : les gâteaux verts et roses ce n’est pas aussi tentant que les bredeles de Noël alsaciens :p

  11. jean-marie dit :

    1966: en « camion » (bus mexicain, expérience inoubliable!) d’El Paso à Mexico, via Chihuahua, Torreon, Zacatecas, retour à Laredo par Monterrey . Des couleurs partout, en ville et dans le désert. Question langage : un mot suffit à comprendre une autre civilisation que celle-du « time is money »: « momento! ». Profitez de votre escapade en Californie du Nord pour regarder ce qui nous arrivera dans dix ans: la mondialisation culturelle commence au bord du Pacifique. Profitez de tout, sans abuser du riesling local ni des glaces dont vous nous régalez en photos si vous voulez vous exercer encore à la poutre de retour à Todos Santos.

    1. Framagirl dit :

      Merci pour ces conseils avisés 😉 Chose sera faite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *